Le « prana » est l’énergie vitale ou le souffle de vie en sanskrit.  « Yama » signifie contrôle. Lorsque l’on fait des pranayamas, on essaie d’harmoniser (plus que contrôler) notre énergie de vie à travers des exercices de respiration.  J’aime l’idée de prendre conscience de sa respiration, de jouer avec et de voir les effets sur notre corps.

L’idéologie de base est qu’il y a des canaux invisibles dans le corps le long desquels circulent le souffle de vie. Il y en a pleins, ils s’appellent les nadis. Il y en a des plus subtils que d’autres, par exemple, les veines ou les artères sont des nadis. On les associe souvent aux méridiens en acupuncture. Pour ma part, je ne suis pas sûre que ce soit exactement la même chose.

Les principaux nadis sont Ida, Pingala et Sushumna. Ida et Pingala s’enroulent autour de la colonne vertébrale. Ils sont complémentaires : la lune et le soleil, l’homme et la femme, la gauche et la droite, etc. Ces deux nadis se croisent en des points qui forment 7 Chakras, c’est-à-dire des roues/centres d’énergie. Quant à Sushuma, il est situé dans la moelle épinière.

En pratiquant les pranayamas, on va stimuler les flux (vayus) qui circulent dans les nadis, ouvrir des zones qui était fermées, se purifier, se libérer au niveau physique et mental.

Le pranayama est l’un des 8 piliers décrits dans les « Yoga Sutra » de Pantajali. Les pranayamas font partie intégrante du yoga.

Trois exemples de pranayama 

Respiration yogique complète

Dans cette respiration, il y en a d’abord 3 autres. C’est-à-dire qu’il y a les respirations ventrale, thoracique et claviculaire. Trois étages dans lesquels on va imaginer que la respiration se fait. Attention, on expire et inspire toujours par le nez dans ce pranayama. Pour pratiquer, on peut mettre la main sur son ventre et le gonfler d’air comme un ballon puis le vider, c’est la respiration ventrale. Ensuite, il y a la respiration thoracique : mets tes mains au niveau de tes côtes et ouvre ta cage thoracique à l’inspiration. Tu dois sentir que ça s’ouvre aussi dans le dos. Puis, mets tes mains au niveau de tes clavicules et essaie de remplir d’air le haut des poumons. Ici, c’est la respiration que l’on fait, par exemple, lorsque l’on a des hoquets de sanglots.

Une fois que tu as pris conscience de ces 3 étages. Essaie de les remplir d’air en une seule inspiration. En commençant par le ventre jusqu’aux clavicules et expire comme une grande vague en vidant d’abord le ventre. C’est la respiration yogique complète. Avec la pratique, tu peux ajouter une petite rétention poumons vides et poumons pleins ainsi que tenir le périnée pendant l’expire. Je te conseille de réaliser ce pranayama allongé sur le dos. Avec l’expérience, tu peux le faire dans d’autres positions.

Les bienfaits de cette respiration sont multiples : oxygénation profonde, développement de la capacité respiratoire, massage des organes, stimulation de la concentration, etc.

Quand la pratiquer ? Lorsqu’on est stressé, avant de débuter une grosse journée, quand on en a envie.

Respiration alternée ou « Nadi Shodhana »

C’est un pranayama d’équilibrage et de concentration. Dans ces bienfaits, on évoque même le décongestionnement du nez, un remède à l’hyperventilation ou l’apaisement de la migraine.

Pour pratiquer ce pranayama vous devez former une petite pince avec vos doigts. L’index et le majeur de votre main sont pliés dans la paume et la pince se fait entre le pouce et l’annulaire. On va inspirer par les deux narines, boucher la narine droite et expirer et inspirer par la narine gauche. Attention, on bouche la narine en appuyant légèrement au niveau de l’arête du nez. Puis, on vient boucher la narine gauche et on fait la même chose de l’autre côté. Je conseille de pratiquer ce pranayama assis en tailleur.

Respiration de nettoyage ou Kapalabhati

Qui a dit que respirer détendait ? Cette respiration vise un nettoyage énergisant, une purification. En sanskrit elle signifie « crâne brillant ». On va plutôt la réaliser en début de journée ou de séance de yoga. Pour réaliser ce pranayama, le mieux et de s’asseoir en tailleur. On va inspirer par le ventre, le gonfler comme un ballon et expirer doucement en rentrant et re-gonflant le ventre plusieurs fois. On fait travailler les abdominaux sur l’expiration et l’air qui sort provoque du bruit au niveau des narines. C’est l’expiration qui est active. C’est un effort, on ne va pas dépasser 5 respirations lorsque l’on est débutant, par la suite on peut augmenter les cycles.

En conclusion

Je t’ai expliqué ici comment réaliser des pranayamas. Je tiens à dire qu’il y a beaucoup de variantes sur la façon de les pratiquer. Je t’ai donné une façon ici, à toi de voir si elle te convient.

Concernant le moment de pratiquer des pranayamas, il n’y a pas un moment précis c’est en fonction de tes envies, de tes besoins. Dans les séances de yoga, je vais les proposer après des séquences debout, pour s’apaiser avant une séquence au sol ou en début de séance à la fin de l’échauffement. Il n’y a pas vraiment de règles.

Essaie de les réaliser seul et de prendre conscience de ton souffle et de comment ta respiration peut influencer tout ton être.

Avatar de l’utilisateur

Cela fait plus de 15 ans que je pratique le yoga. Le yoga est dans ma vie, au parc avec mes enfants, en équilibre dans le train qui m’emmène au travail, dans ma tête lors de réunions compliquées et dans mon cœur tout au long de la journée. Le yoga que j’enseigne s’inspire de notre environnement et de techniques du monde entier… C’est un yoga qui a voyagé : en Inde, en Thaïlande, en Norvège, etc. Il est polyvalent et s’adapte à tous. L’important pour moi est que vous passiez un bon moment.

Related Posts

Laisser un commentaire